Géronimots

samedi 17 janvier 2015

.org

                                                                         


Sans doute aura-ton déjà reconnu, sur ce document tout récemment déclassifié, issu des archives du Musée de l'Air et de l'Espace, sur cette  photo  unique et si longtemps ultra-secrète, tout simplement et tout bonnement le glorieux supersonique franco-britannique au nom connu de tous, dont le tragique crash du 25 juillet 2000 brisa net la carrière. Cette étonnante image nous montre un moment-clé de son tout premier vol d'essai stratosphérique et supersonique, non sans jeter un jour quelque peu inquiétant sur les déformations de structure dont le bel engin pouvait être l'objet : on observera, notamment, les gonflements suspects du fuselage qui, au-dessous des ailes de géant de cet aéronef à nul autre pareil, semble littéralement se dédoubler, par l'effet d'une impressionnante turgescence suggérant que son élasticité est aux limites de la rupture … Et tel doit être, au vu du rougeoiement général, l'échauffement de toute la structure, que la perspective d’un embrasement imminent ne nous paraîtrait pas incrédible. Nous irions même jusqu’à soupçonner que, nouvel Icare, le pilote d’essai aurait bien pu, ce jour-là, ce premier jour, emporté par son enthousiasme, pousser les puissants moteurs bien au-delà du raisonnable, et la supposée vitesse maxi de Mach 2,3  dut lui sembler dérisoire, quitte à risquer, tant pis,  l'explosion en vol? Quant à l'altitude, nul doute qu'elle dépassait et de beaucoup les 20.025 mètres du plafond officiel … L'étonnant, pour ne pas dire l'inouï, c'est que l'appareil ait pu réchapper sans aucune séquelle d'une telle épreuve initiatique. Et nous nous prenons à rêver si nous considérons, quitte à pédagogiquement simplifier le tableau de bord, que l’hubris de ce premier vol n’aura requis que de presser d’un doigt un bouton et ce fut l’irrésistible essor, allegro, allegrissimo, crescendo, accelerando, prestissimo, fortissimo, altissimo, toute la magnifique carcasse vibrait, tremblait, rougeoyait et montait au troisième, quatrième, cinquième, sixième, septième ciel, jusqu'à d'inimaginables empyrées et ... : mais c'est à nos lecteurs ou nos lectrices de poursuivre une évocation qui excède à ce point les faibles pouvoirs de notre plume. 


















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire