Géronimots

vendredi 23 janvier 2015

CYGNUS

                                           

Nous sommes heureux de présenter ici un document majeur, tout récemment arraché aux profondes caves  du Vatican, suite à l'audacieuse opération d'un garde-suisse stipendié, semble-t-il, par un collectionneur libanais agissant lui-même comme go-between d'un armateur grec ou d'un oligarque russe ou d'un trader de la City ou d'un partner de Goldman Sachs. L'Église de Rome a de quoi se faire du mouron si l'exégèse prévaut selon laquelle cette scène, loin d'agréablement illustrer quelque facétie mythologique,  renverrait à l'un des moments-clé de la fable évangélique : ceux de nos lecteurs qu'un indifférentisme atavique, une inclination matérialiste, une sordide dévotion laïque ou quelque autre maladie de l'âme n'ont pas rendu sourds et aveugles aux mystères de notre sainte religion, auront déjà eu soupçon qu'en cette jeune personne pâmée, offerte toute nue au bel oiseau blanc, il se pourrait que nous dussions, bon gré mal gré, identifier la légendaire Marie qui "craque", si l'on nous permet ce mot, pour un certain "Gabriel", ange ou archange (on dispute sur son grade) expressément dépêché de là haut pour articuler la fameuse "annonciation" (ave Maria gratia plena), et qui - secrète phase II de sa mission sacrée -, par l'effet d'une miraculeuse mue vient à l'instant, déposant son statut angélique asexué, de revêtir la majestueuse forme, non pas de la colombe - que pourrait un oiseau si petit? -, mais du cygne Saint-Esprit : du splendide Cygne immaculé qui sous les yeux écarquillés, peut-être, du chaste fiancé Joseph, embusqué dans les fourrés et opinant à cette union, toutes ailes battantes et frémissantes va incessamment besogner la peu farouche vierge, puisque Dieu le veut pour que dans neuf mois, etc. etc.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire