Géronimots

vendredi 2 janvier 2015

BELLE ANNÉE ! BEAUJOUR ! BEAUSOIR !


                                       
                                   
                                                 
L'atmosphère de nos villes et de nos villages a commencé de crépiter des rituels Bonne année! lancés par des millions de bouches, pas toujours très convaincues, par suite d'une déclinante efficace de ces mêmes voeux lors des années antérieures, 14, 13, 12, 11 et en deçà, marquées par la courbe croissante du désenchantement ... Il faut donc saluer les courageux efforts de celles et ceux de nos concitoyens qui, encore minoritaires, mais conscients de la déconfiture de la formule ancestrale, ne craignent pas  de la remplacer, à l'oral comme à l'écrit, par un bien plus enthousiasmant : Belle année! qui au moins pour quelques secondes ravive ou du moins déride ses destinataires, jusqu'à celui qui allait se pendre qui en décroche sa corde (il la raccrochera demain). On aura pressenti que nous sommes d'avis que, si beau soit-il, si accordé aux nécessités des temps présents, ce Belle année! ne saurait suffire, que l'on gagnera à diviser en quatre, autant que de saisons : Bel  hiver ! Beau printemps ! Bel été ! Bel automne ! A quoi l'on ajoutera, et la liste de ces voeux sera longue, tant le brave vieux Bon, usé jusqu'à l'os, déçoit : Beau week-end ! Belles vacances! Beau travail ! Beau courage! Belle chance! Belle santé ! Bel appétit ! Belle nuit ! Belle soirée ! et pourquoi pas : *Beausoir madame ! et pourquoi pas : *Beaujour monsieur ? En sorte que par tant de Beau et de Belle et de Bel, même les plus moroses de nos heures, vécues sous la férule du patron, du maître, ou de l'ennui, soient transfigurées. Et c'est ça qui serait bon !