Géronimots

lundi 5 janvier 2015

SILICON VALLEYS


Comme je n'ai jamais connu la femme, que je me fais vieux, que je ne veux pas mourir idiot, j'ai décidé d'acquérir une poupée gonflable, ou plutôt, il paraît que c’est bien mieux, en silicone, parfaitement imitée, presque plus vraie qu'une vraie femme ! J'y mettrai le prix qu'il faut, j'en veux une haut de gamme et dernier cri dans laquelle je pousserai le mien qui sera, je l'espère, le dernier, et d'une telle intensité que je n'exclus pas qu'il ait le pouvoir, ma poupée de silicone, de l'animer, et tandis que moi je serai couché inerte sur le lit, elle, tirant de moi le principe de la vie qui vient de me quitter, voyez-la qui bouge les yeux, remue les lèvres, voyez-la qui s'est levée du lit, et comme il y a dans la penderie de coquets habits de femme, achetés tout exprès pour elle, elle va pouvoir s'habiller : soutien-gorge, petite culotte, petite robe, chaussures à talons, se donner un coup de peigne dans la salle de bain, et souriant à son image elle prend son sac à main, elle ouvre la porte, sans un regard pour moi gisant livide sur le lit défait. Elle sort, dehors c'est le printemps, elle marche en fredonnant, mignonne comme elle est elle ne va pas tarder de faire une rencontre, c'est un charmant jeune homme, ce sera sa première histoire d'amour, il ne faudra pas qu'il s'étonne de l'aisance de sa partenaire à prendre les maintes positions qu'elle eut jadis à connaître, dans cette vie antérieure dont elle n'a pourtant gardé aucun souvenir, ni aucune image de celui qui fut son premier amant.