Géronimots

vendredi 13 février 2015

MOBY DICK

Tel individu, mu par quelque obscur désir de rompre avec l'ordinaire de ses jours, au sortir d'un rêve agité se trouvera mué en quelque énorme insecte innommable, et ça fera toute une histoire ! De même, sur notre document, celui qui avant d'épouser la mer sous la forme poisson - et quel ! -, était l'époux  de cette dame, aux airs d'amazone farouche, nouvelle Antiope ou Penthésilée, quand avec ce saut brusque dans une autre espèce il crut pouvoir mettre, entre   madame son épouse et sa personne ainsi renouvelée, une distance infranchissable ... Que ne se fit-il plutôt oiseau! Grand oiseau volant très haut dans le ciel, genre grue cendrée, oie sauvage, albatros, mais la guerrière épouse abandonnée eût sans doute réussi, épaulant une puissante carabine, à truffer de plombs la créature emplumée, avant de fièrement poser aux côtés du trophée céleste, comme auprès de celui qu'elle tira des océans. Et ce n'est pas tout, car il n'est pas impossible qu'elle ait déjà formé le projet de rapatrier sa monstrueuse prise, dûment naturalisée, entre les flancs du cottage derechef conjugal,  et même de l'installer dans le lit matrimonial, jusqu'à tant qu'un beau matin, pour peu qu'à la faveur de la nuit ce corps énorme ait encore et encore, sait-on jamais, augmenté ses proportions, il en vienne à briser comme un oeuf les parois de la bicoque, avant de rouler dans la pente, jusqu'au rivage, jusqu'à la mer, où peut-être, retrouvant cet élément, il reprendra vie, roulant avec bonheur dans les vagues, expulsant des geysers par ses évents, imprenable à la plus forte canne à pêche et, nouveau Moby Dick, défiant le harpon des baleiniers.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire