Géronimots

samedi 7 février 2015

LE PORTILLON


Triste effet de la crise économique, ou de la crise des valeurs ? Jeunisme aggravé ? Exploit sportif ? Effort pathétique pour jouer les racailles ? pour séduire la demoiselle présente au second plan ? Autant de questions que l’on est en droit se poser concernant ce cadre moyen, propre sur lui, costume-cravate, lunettes d'écaille, chaussures cirées, cheveux  bien peignés, qui mu par la nécessité, l'intérêt, le défi ou le vice, vient d’être shooté ou filmé en plein franchissement frauduleux d’un portillon du métropolitain ! Rassurons-nous : à peine retombé tout fiérot sur ses pieds, l'homme était cueilli par une escouade de contrôleurs de la RATP, et il a fini la soirée au poste. Selon notre informateur au commissariat central du VIIIème arrondissement, il s’agirait d’un déséquilibré, a priori inoffensif, tout juste sorti de Sainte-Anne. Il clamait devant les poulets rigolards qu’il entrerait un jour ... "à l’Élysée  par la grande porte » (sic) , d’où cette réflexion de notre ami le Dr. Lepoulain, psychiatre, psychanalyste, voyant dans le portillon frauduleusement franchi par l'énergumène «l’augure pour ainsi dire obstétrical et palingénésique de cette fameuse « grande porte » ; et d’ajouter que de l’Asile à l’Élysée il n’y a lexicalement qu’un pas, en forme de quasi anagramme ... Laissons à cet exégète la responsabilité de ces propos, mais n’oublions pas de civiquement composter notre ticket de métro, tel celui que la mode prescrit sur le mont de Vénus, s’il n’est pas razibus, de nos compagnes.









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire