Géronimots

mardi 17 mars 2015

LA VÉRANDA

Frances Jones Bannerman (1855-1944)
Passionnément plongée dans son livre, et cosy sous sa véranda, cette dame s'est-elle seulement avisée des actuelles proportions de sa plante verte qui, peut-être, au début de sa lecture, à l'orée de l'histoire, n'était pas plus large ni plus haute que les fleurs, ses voisines, bien sages dans leurs pots respectifs ? C'est à peine, dès lors, si nous hésiterions à former le soupçon qu'au fur et à mesure que la lectrice tournait, tournait les pages de son petit livre,  les feuilles de la plante verte, corrélativement s'agrandissaient, s'élargissaient, au point de commencer de se faire aussi menaçantes que l'histoire, sans doute, narrée dans le roman ... : et comme nous avons tout lieu de croire qu'il y aura au moins quelques dizaines de pages à tourner avant d'arriver au mot Fin, toujours croissante, et toujours plus envahissante, la fatale plante devrait en venir à occuper, de ses feuilles désormais gigantesques, tout le volume de la véranda sans que, toujours plongée dans son petit livre, la lectrice ait seulement levé les yeux qui atteignant ce fameux mot FIN, la voici engloutie dans l'énorme amas palpitant des grandes lourdes feuilles vertes, voire absorbée, dévorée, phagocytée, comme en un crime parfait dont qui sait si le livre, à sa lectrice fascinée, ne  racontait pas l'étrange histoire?







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire