Géronimots

mercredi 31 décembre 2014

ECCE HOMARD

                                                           

Le fameux Victor Hugo vient de me convier au réveillon du nouvel an en sa demeure de Hauteville House à Guernesey ! Comment ne serais-je pas flatté de partager le pain et le sel et maintes bonnes choses avec le Grand Proscrit? N'empêche, je ne suis pas trop rassuré, non que je redoute, encore que, de le voir se lever et, un peu pompette, monter sur la grande table pour  déclamer à ses commensaux les deux ou trois cents alexandrins jaillis à l’instant de son cerveau poétique surdimensionné et continûment sous-pression, car il y a pire : je sais que le grand homme se targue de manger, non seulement les oranges avec leur peau, mais le homard avec sa carapace, alors ne va-t-il pas, m'avisant qui me fais tout petit à mon coin de table, me défier de l'imiter dans cet exploit ? A moins que cette fois ça ne lui soit fatal, la carapace ne passe pas, et voici notre Victor national et mondial qui soudain se dresse, apoplectique, pourpre, cramoisi, et d'un coup il a roulé sous la table, mais qui sait si ce n’est pas un tour de magie de son invention, qui sait si soulevant timidement la grande nappe nous n’allons pas le retrouver … homard !!! Rouge énorme homard, homard si monstrueux qu'il est aussi grand, aussi large que la lourde table sur laquelle nous allons, oh hisse, le monter et le déposer, et déjà nos solides pinces et autres longues fourchettes se fichent dans la  cuirasse, comme d'un reître du moyen-âge, et dans la grande salle à manger gothique de Hauteville House, aux lourds fauteuils armoriés d’un H, l'on n'entend plus que les bruits pour ainsi dire telluriques du craquement et du soulèvement, sous l'action conjuguée de nos instruments, sur quoi nous pesons de toutes nos forces, de l'énorme manteau pourpre, suivis de ceux de la manducation de la chair, blanchâtre et savoureuse, de ce mets fabuleux que nous ingérons non sans béatitude et dont nous escomptons qu'il aura de quoi nous communiquer un quelque chose du génie épique et poétique que le glorieux auteur avait reçu en partage, de quoi nous mettre à l'œuvre dès demain, autour de la grande table débarrassée des reliefs, mordillant le bout de nos plumes et les faisant courir sur la prometteuse page qui s'offre à nous en ce premier jour de l'an nouveau.