Géronimots

dimanche 6 mars 2016

LE FRUIT


Ce bivalve inconnu ne pouvait que remporter un vif succès au Salon de l’Agriculture, qui fermait ses portes ce soir. Notre document révèle la partie comestible, toute frangée d’une végétation moussue bien de nature à exciter les papilles du dégustateur. Mais c’est l’inimitable saveur, la fragrance incomparable, la subtile texture, et la doucereuse ou âpre ou âcre humidité de la zone médiane que l’on verra susciter l’enthousiasme du véritable amateur. Accoudé au comptoir d’un bistro il vous en parlerait sans fin, tout en continuant de se lécher les babines. Et si vous le voyez les yeux dans le vague, c’est qu’il songe à son prochain rendez-vous avec ce fruit unique pour lequel, vous dira-t-il en portant la main à son cœur, il donnerait tous les mets ! La politesse ne vous obligeant pas à lui tenir compagnie quand il vous l’a déjà faussée depuis un moment, abîmé dans son rêve, peut-être oserez-vous quitter la place, sans vous fatiguer à lui servir un prétexte, course urgente, travail en cours, bobonne à la maison : votre interlocuteur, si le mot convient, ne vous entend pas, à peine aura-t-il eu conscience de votre départ, ses yeux mouillés d’émotion ne voient ou n'entrevoient que la forme mystique de l’objet de son désir, ses narines palpitent, sa poitrine se soulève, tout juste s’il pourra retenir sa main de s'avancer vers le fruit invisible avec la même fièvre, le même tremblement qu’au Jardin d’Eden nos premiers parents levant la leur pour cueillir le fruit interdit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire