Géronimots

jeudi 25 février 2016

CHARLOT ET DAPHNÉ


Ce garde forestier, bien reconnaissable à l'entrelacs de feuilles de chêne ornant le képi sous lequel, l'air important, il prend la pose, est un homme dangereux ...  Qu'il avise, 
à la faveur de l'une de ses rondes sylvestres où les essences ne sont que des alibis, une jeune femme tout à sa balade ou à son jogging, et vous le verrez user de sa parfaite connaissance du terrain pour la courser puis la coincer, en sorte que la malheureuse créature, pour obvier à l'imminence des derniers outrages, telle Daphné poursuivie par Apollon n'échappera à ce grand escogriffe qu'en se  changeant illico en arbre, sans du tout empêcher, bien au contraire, que le vilain, qui peut-être n'attendait que ça, passe et repasse ses grosses paluches sur le beau corps, lignifié, puis, s'enhardissant, l'étreigne de toutes ses forces non sans la vague crainte, ou la vague espérance, de subir à son tour la même mue, formant avec sa belle un couple statuaire qui n'aura pas fini d'interroger ou de faire rêver le promeneur.
                                         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire