Géronimots

dimanche 29 novembre 2015

FRUNCÉ SI VOUS SAVIEZ ...

Facebook Dominick Drouin
A peine tombée, la nouvelle affole la communauté des proustiens : Illiers, Eure-et-loir, ne serait devenu Illiers-Combray que sur la foi d'une erreur tragique,  car c'est le petit village de Fruncé, Eure-et-Loir, qui, et lui seul, mériterait ce label, pour la bonne raison que la véritable maison de la tante Léonie, l'alitée de la Recherche, dont le grand Marcel s'amuse à se dire un avatar, générant la littérature, ne se serait jamais trouvée sur les terres d'Illiers, mais de Fruncé ! "Illiers, écrit le professeur émérite Lestiboudois, dans la première livraison du Nouveau bulletin proustien, n'est redevable de l'imposture de sa fortune qu'au jeu de mots subliminal qui, à l'inconscient abusé des Islériens,  aura  fait croire depuis presque un siècle qu' Il y est ... Lui qui n'y fut jamais, lui qui était à Fruncé, où sur le site de la vraie maison de la tante Léonie, démolie depuis des décennies, règne aujourd'hui le pavillon d'un retraité de la Poste, une maison Phénix ..." ; mais, ajoute le Professeur, "N'avons-nous pas dans ce Phénix l'augure d'une renaissance?". Et d'inviter tous les Islériens, tous les tenants de la toponymie trompeuse, à déserter Illiers pour laisser leurs désirs partir en caravane vers ce Fruncé qui, médiocre bourgade, dès lors que baptisé Fruncé-Combray n'en sera que mieux le support d'une transfiguration. Reste à savoir combien de nos proustiens, même ébranlés dans leur croyance, voudront ou sauront se détacher des murs d'une maison qui, serait-elle illégitime, est aussi sacrée à leurs yeux qu'aux mahométans la pierre noire de la Mecque. Selon  de bons connaisseurs de la confrérie, un schisme n'est pas exclu, avec deux Combray ennemis,  Islériens et Fruncéens se regardant en chien de faïence, s'anathématisant, se lançant la Recherche à la tête ; de nouveaux manuscrits, même, pourraient sortir des tiroirs, de nouvelles paperoles accréditant ou censées accréditer Fruncé. Les plus pessimistes craignent une guerre de cent ans, bien de nature à écorner la gloire inouïe qui nimbe le nom du génial écrivain. Quant à notre professeur émérite, en son inlassable ardeur, aux objets renouvelés, il serait sur le point de lancer un Néo-bulletin voltairien aux fins de météoriquement jeter, dans le jardin des dévots du grand écrivain des Lumières, cette non moins terrible pierre : Ferney-Voltaire est une erreur, le véritable château du philosophe du canton de Gex se dresse à quelques kilomètres de Ferney, dans une localité dont la première livraison du Néo-Bulletin fera éclater le nom. D'autres bisbilles en perspective, dont nous ne manquerons pas d'informer nos lecteurs.


1 commentaire:

  1. Bon. Vous voici donc en train, de toutes vos forces, d'être un rigolo. Je subodore une mère derrière tout cela. Admirable et maléfique. Comme toutes les mères qui, se penchant vers un berceau dont elles sont responsables, et comment, convoquent les fées : histoire, pardine, de se dédouaner du destin de qui elles ont causé la venue au monde...

    RépondreSupprimer