Géronimots

vendredi 31 juillet 2015

RIFIFILLES - addenda aux 69 additifs de Proustissimots




RIFIFILLES  Altercation mettant aux prises deux ou plusieurs meufs.
L’apparente harmonie régnant au sein de la petite bande ne suffisait pas à me donner le change, et toujours je voyais le moment où l’une de mes quatre jeunes filles, invoquant quelque grief oublié, ou ne se donnant même pas cette peine, tomberait à bras raccourcis sur sa voisine, assise elle aussi sur leur banc attitré sur la digue, et une fois de plus, comme tous les jours, ou peu s’en faut, ce serait le rififilles ! Elles seraient bientôt toutes les quatre, Albertine, Andrée, Rosemonde, Gisèle, à se culbuter et à rouler à même le sol, se distribuant toute une gamme de horions, gifles, coups de pied, coups de griffes, cheveux tirés, morsures, n’hésitant pas à s’arracher leurs polos et leurs shorts, jusqu’à se retrouver non seulement englantées mais plus qu’à moitié à poil dans la poussière, insoucieuses d’exhiber une fesse ou un sein, configurant à toutes les quatre, bras et jambes emmêlés, une sorte de nœud agité de spasmes, tandis qu’au-dessus de cette hydre j’étais tel un arbitre mais entièrement ignorant des règles de leurs jeux enragés, incapable d’intervenir, tout à la fois épouvanté et fasciné, et m’attendant que sans rien perdre de sa violence l’hubris de leur lutte en vînt à dégénérer en une joute érotique où les cris de rage se changeraient en autant de gémissements et autres feulements, cherchant à déceler dans leur amas les gestes les plus obscènes, et ne sachant si j’espérais ou redoutais que ma grand-mère, dont les noirs jupons ne traînaient jamais bien loin, ne surgît soudain, clopinant de toute la force de ses antiques guibolles, et brandissant son ombrelle pour frapper à coups redoublés, comme un chasseur un nœud de vipères, le groupe convulsif de mes quatre ménades en proie, maintenant, à la vertueuse fureur  de cette mémé.

                    (30 juillet 2015 Addenda aux 69 additifs de Proustissimots  Éditions Champ Vallon 2013)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire