Géronimots

lundi 6 juillet 2015

LA GÉANTE

Peut-être aura-t-on déjà reconnu cette jeune géante évoquée par Baudelaire dans l'un de ses plus beaux sonnets, et qui aura voulu s'évader du cadre parfait, mais étriqué, de ces quatorze vers visant à la circonscrire? Force nous est d'observer qu'elle n'aura réussi qu'à tant bien que mal insérer son immense corps dans cette nouvelle clôture, métallique, montée sur roues, où ne manque que le poète soi-même pour, accrochant cette vaste remorque au puissant engin motorisé ad hoc, s'installer au volant ... : et les voici partis au hasard du réseau routier français, avec le souci, toutefois, d'un parcours si possible exhaustif, dût-il requérir des années, des lustres, des décennies, qui verront le vieillissant poète engager son convoi exceptionnel jusque dans les villages les plus reculés et, un jour, au terme de son dédaléen circuit hexagonal, entré à grand peine sur la modeste grand-place de la 36.529ème commune inscrite au parcours, voici qu'à bout de forces et au bout du rouleau notre vieux poète-routier, la tête tombée sur le volant, s'endort, et il ne bouge plus ... : et qui sait si, du coup, belle au semi-remorque dormant, sa toujours jeune géante ne va pas, elle, s'éveiller de son long sommeil, largement bailler, voluptueusement s'étirer, souplement se glisser hors du camion ? Et comme si le Temps eût opéré une immense boucle, la voici revenue aux commencements, au sein d'une Nature exubérante, vierge, terrain idéal de ses terribles jeux, mais pour peu que, lasse, elle vienne à s'étendre à travers la campagne, n'aura-t-elle pas la visite d'un petit bonhomme qui jouera, lui, à parcourir ses magnifiques formes, avant de s'endormir à son tour, à l'ombre nonchalante de ses seins?




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire