Géronimots

lundi 13 juillet 2015

L'ORIGYNE

Clémentine Mélois L'origine du monde, 2015, sur Facebook le 10 juillet

Le Musée d'Orsay vient enfin de prendre une mesure radicale pour obvier aux graves incidents occasionnés par la vision de la plus célèbre vulve de la peinture occidentale. On ne comptait plus les évanouissements en série de lycéens soudainement confrontés à l'illustre tableau du dangereux Courbet, tant ces ados ressentaient la plus indicible épouvante, et l'incompréhension la plus totale, à la vue sans échappatoire de la noire exubérante forêt de poils surplombant et ombrageant la fente de la dame. Plus d'un garçon fut à deux doigts de répudier sa petite amie à la seule pensée du triangulaire massif pileux dont il la savait, désormais,  virtuellement porteuse, et qu'un jour peut-être elle, ou l'une de ses pareilles, innocemment ou par procédé, lui ferait sauter au visage. Fût-ce au prix de voyages scolaires répétés à Orsay, incluant des escales thérapeutiques devant l'objet dûment retouché, défriché, déboisé, réinscrit dans l'ordre rassurant de la culture postmoderne, il faut espérer que la résilience fera son oeuvre, à tout le moins le bienfaisant oubli, et que les poils ne viendront plus hanter nos délicats adolescents.





























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire