Géronimots

dimanche 10 juillet 2016

10 juillet 1971 : MARCELINE PROUST, IN MEMORIAM

Nous évoquâmes en son temps la stupéfiante découverte d'un frère jumeau de la fameuse Albertine proustienne : Albertin ! (geronimots.blogspot.com 17 mai 2015, rubrique "Marcello"). Bien évidemment, les diverses instances et institutions qui ont élu pour unique objet de leurs travaux le maestro Marcel n'ont cessé, depuis lors, de se déchirer quant à la réalité romanesque de cet Albertin, les esprits forts ne voulant voir qu'un vulgaire apocryphe dans la liasse manuscrite retrouvée par Kevin Marvel, le jeune découvreur mussipontain. Nous croyons d'autant plus, quant à nous, en Albertin, et déplorons sa mise au rancart par l'auteur de la Recherche, que nous espérons pouvoir bientôt établir qu'à l'origine de la création de ce jumeau de papier, il y eut un jumeau de chair, plus exactement une jumelle, venue au monde le 10 juillet 1871, en compagnie de notre Marcel, et qui fut escamotée, et cela, selon nous, par suite d'une fulgurante prémonition, chez la maman, que l'enfant mâle Marcel aurait une destinée prodigieuse pourvu que l'enfant femelle, baptisons-la Marceline, à peine entrée en lice disparût du circuit, par déposition aux Enfants Trouvés, envoi dans une lointaine campagne ou quelque autre mode d'éviction. La pauvre maman ne pouvait savoir que son adoré Marcel n'accèderait à la souveraineté de son être qu'à laisser revenir en lui la Marceline retranchée, tous deux opérant de concert, leurs deux mains invisiblement enlacées sur la plume, et c'est ainsi que le Livre s'écrivit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire