Géronimots

dimanche 24 janvier 2016

COUGARLAND

Cette cougar assume courageusement un statut qu'elle aura voulu signifier sans fard en arborant ce corsage à impressions tachetées genre panthère ... Le  bon jeune homme qui se laisserait approcher doit s'attendre, sinon à être dévoré tout cru, en tout cas à subir force féroces sévices, dont le moindre ne sera pas l'obligation de lire, tous les soirs, et peut-être tous les matins, et tout du long des jours, les nombreux livres de la dame, pour la plupart sacramentellement dédiés aux délices et aux tourments de l'Amour, sans parler de tous ses films dont il sera fermement prié, entre deux lectures des livres, d'être l'assidu spectateur durant des après-midis entières, enfoncé dans un vieux fauteuil d'une petite salle obscure, ayant à son flanc  l'écrivaine-cinéaste qui le pelote, le tripote ou qui, sans même avoir à toucher son jeune amant, se caresse avec fureur dans le noir et elle tremble, soupire, gémit, jouit en se cambrant entre les accoudoirs, avant de rouler comme une chiffe molle sur la moquette usagée et sale et elle ne bouge plus, pas plus que le pauvre Amant qui même s'il a des fourmis dans les guibolles n'ose pas les déplacer d'un orteil, ne sachant même pas s'il souhaite ou s'il redoute qu'apparaisse, sur l'écran, le mot FIN, et que les lumières se rallument dans la salle où l'on ne voit, parmi les rangées de fauteuils vides, que sa tête apeurée comme s'il venait de commettre un crime dont la victime est gisante à ses pieds.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire