Géronimots

vendredi 1 mai 2015

MOSQUITO - extrait de "Goyave au goût de l'inouï"

MOSQUITO Moustique monté de travers
 Empaqueté dans mon lit défoncé, aux draps dégueus et moites, je matais d’un œil haineux ces gros mosquitos s’ingéniant à leurs trajectoires absurdes, zigzagantes, qui vouaient à l’échec mes tentatives réitérées pour les écrabouiller à l’aide d’un vieux numéro de l'Obs gisant sur la table de nuit où que des couples en lune de miel avaient entrelacé leurs initiales à la pointe d’un canif. Je lus sur la une du magazine, en caractères gros comme mes mosquitos :  
                       DSK : être ou ne pas être un pig
           Les bonnes feuilles du roman de Marcellina Iacul 
J’essayai de me branler sur cette histoire où j’entravais que dalle. J’arrivais même pas à bander avec les considérations zoophiliques de Iacul sur le cas de ce DSK dont je ne savais que couic. J’aurais préféré trouver dans le tiroir la bible des Gédéons, comme à New-York, j’avais eu des érections formidables avec cette histoire après le feu à Sodome, quand les filles de Loth font boire leur vieux et  lui montrent leurs chattes pour qu’il les engrosse fissa. Je lâchais Iacul et son DSK, Y-à-qu’à et son DSQ, que je me disais, ça m'arrachait même pas un sourire. Je bandais toujours pas. J’éteignis le lustre, la lune moche éclairait la chambre, les mosquitos vrombissaient.
            Louis-Ferdinand Céline Goyave au goût de l’inouï
                                                                                    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire